Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
In-Quarto...Graffiti, Urbex, Street Art, Photo Photographies d'explorations urbaines, de graffiti, de street art - Regards et humeurs sur ce que je vois ici et ailleurs.

Fibonacci's Number

Chrixcel
Fibonacci suite (c) Chrixcel 2016

Fibonacci suite (c) Chrixcel 2016

Back in ze days. Ceux qui, entre autres, ont lu Da Vinci Code de Dan Brown ont entendu parler de la suite de Fibonacci. Il y a près de 10 ans, alors que j’alimentais mon blog à coup de poèmes oulipiens et de dessins farfelus, j’avais écrit une note illustrée d’un croquis inspiré de cette suite. Ça commençait avec un petit poème de l’écrivain américain Gregory K. Pincus :

 

One

Small,

Precise,

Poetic,

Spiraling mixture:

Math plus poetry yields the Fib.

 

 

Pincus avait eu l’idée d’inviter les lecteurs de son blog à écrire des "fibs," micro-textes de 6 lignes utilisant la progression mathématique connue sous le nom de suite de Fibonacci, déterminant ainsi le nombre de syllabes de chaque vers. La structure de la forme est très simple, mais restreinte. On commence avec 0 et 1, puis on les ajoute pour obtenir 1, puis on additionne 1 + 1 = 2. Ensuite on additionne les deux vers suivants (2 + 1 = 3) et ainsi de suite. La séquence se définit ainsi : 1, 1, 2, 3, 5, 8. Vous suivez toujours ? Bon.

 

En anglais, le mot « fib » joue à la fois sur le sens (bobard), et les premières lettres de Fibonacci. Pincus avait demandé à ses lecteurs de propager la « fibbery » sur la blogosphère, ce qui a surtout marché chez les anglophones à l'époque. L’avantage de cet exercice réside surtout dans le fait qu’on n’a pas besoin nécessairement d’avoir la « fib » poétique pour en écrire… D’ailleurs, je ne trouvais pas particulièrement mise à l’honneur, sur ce dessin, ma fibre artistique, mais plutôt optique, au travers de cet œil de cyclone illustrant la suite de chiffres en une spirale, dont la pupille noire ressemblait à une sorte de « nombre-île » en zéro pointé ! 

 

Et pourtant, en ce mois de février 2016, me voilà contactée par la responsable des ressources visuelles de la Faculty of Arts, The Open University basée à Milton Keynes au Royaume-Uni. Elle me demande l’autorisation d’utiliser ce croquis dans l’une de leurs publications universitaires. Il s’agit d’accompagner un chapitre qui traite de la relation entre la littérature et la science, se basant notamment sur Les Cosmicomics d’Italo Calvino (1965), écrivain oulipien reconnu. Ce matériel, publié en octobre 2016 et tiré à 15 000 exemplaires, sera distribué sous forme d’Ebook en anglais aux étudiants…

 

Le hic, c’est que j’ignorais comment l'iconographe avait pu trouver mon dessin sur internet car il n’était plus visible ni téléchargeable sur mon blog à présent fermé…Le serveur qui l’hébergeait (Lycos) est mort depuis des lustres…Eh bien il se trouve que ce dessin avait été relayé par un autre site  (sans mon crédit). Ma signature sur le support a permis de suivre ma trace...

 

De mon côté, je n’ai pas pu retrouver l’original de cette suite de chiffres dans mes archives numériques et papier. Alors, je me suis amusée à le refaire. 2006-2016. Si on m’avait dit que 10 ans plus tard cette spirale me rattraperait, je ne l’aurais pas cru. Le plus drôle, c’est que le titre de l’ouvrage dans lequel cette illustration sera publiée s’intitule « Futur ». Dire qu'à cette époque, j’écoutais en boucle une chanson du groupe anglais DAY ONE intitulée Fibonacci’s number...! Tout ceci est véridique, mais je ne sais pas trop comment intépréter toutes ces coïncidences...ça me donne le tournis :)

Commentaires