Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
In-Quarto...Graffiti, Urbex, Street Art, Photo Photographies d'explorations urbaines, de graffiti, de street art - Regards et humeurs sur ce que je vois ici et ailleurs.

Lady Tina Madonya de Belleville

Chrixcel

IMG_0846.JPG

 

Tina habite à Belleville au second étage d’un logement précaire, dans une piaule avec vue sur un mur de graffitis. Originaire de Madagascar, Tina (en réalité Christophe que l'on connaît aussi sous son pseudo de chanteur Kriss), est orpheline dès l’âge de 5 ans.

 

IMG_0276.JPG

Typo par Hopare

 

 

Elle s’élève toute seule chez une tante veuve tout en s’occupant des 17 enfants de la maison. L’école coûte trop cher mais elle arrive quand même à apprendre quelques bases. Adolescente, on lui découvre des aptitudes pour le sport (basket, foot-ball, athlétisme…) et on l’inscrit à des compétitions. Une jeunesse pauvre, mais couronnée de succès sportifs, avec même une médaille d’argent au 400m à La Réunion en 1992 ! Kriss-Tina enchaîne les castings et les spectacles sur l’île jusqu’en 2006, puis décide d’aller tenter sa chance en France…La France, « terre d’accueil »…Tina ne sait pas encore qu’elle se prépare à un an de galère. SDF, elle connaît le froid d’un hiver presque mortel, les promesses d’individus peu scrupuleux, espoirs déçus…Elle refait un saut pour quelques mois à La Réunion mais persiste dans son rêve de réussir un jour dans ce pays et revient à Paris avec 17 euros en poche. De l’aéroport, elle se rend place du Trocadero, allume son poste radio et arrive à gratter 79 euros en dansant et chantant 10 heures d’affilée. Place d’Italie, la nuit d’hôtel coûte 49 euros…elle n’a pas assez de sous pour 2 nuits. A côté d’elle, un SDF est en train de crever la dalle…Tina lui propose de partager son repas. Le SDF lui dit qu’elle peut trouver des chambres d’hôtel pas chères à Belleville, et c’est ainsi qu’elle atterrit rue Denoyez en 2007.

 

IMG_0826.JPG

 

BelleGraffitiVille - pour l'expo photo du PGC à Frichez-nous la Paix - typo : Hopare


C’est pas toujours la belle vie à Belleville : pas évident quand on est black et transsexuel de se faire accepter dans le quartier. Tina essuie quelques coups pendant 2 ans (au propre comme au figuré) pour y trouver sa place.  Quand on ne l’insulte pas de « sale trave », elle dort dehors pour pouvoir payer les 200 euros de location de studio qui lui permettront de sortir son titre « Le Noel des sans-Abris ».

 

IMG_0844.JPG

 Tina et une habitante du quartier

 

Aujourd’hui, figure incontournable du quartier, tout le monde la connaît, l’aide et la respecte. C’est un peu une figure « Krisstique » : très croyante (elle a d’ailleurs travaillé quelques mois à Lourdes) elle ne semble trouver son bonheur que dans celui des autres, tirant paradoxalement de sa pauvreté une vraie richesse…être atypique, excentrique, presque un ovni, elle en voit passer tous les jours, dans cette rue, des noyés…

 

IMG_2641.JPG

 

Typo : Asty

 

Il y  a ceux qui s’accrochent à l’ambiance si particulière de ces 156 mètres de pavés longés d’échoppes aux murs lézardés qui tiennent encore, malgré la menace de destruction et de bureaux hi-tech qui susurre des hauts de Belleville.


Des noyés de nostalgie qui cherchent le fantôme d’Edith Piaf dans ce quartier qui l’a vue naître…

Des noyés de la dernière heure, ceux qui traînent là en cuvant leur vin pour oublier qu’on les a oubliés…perchés, camés, perdus, chômeurs, dandys, femmes voilées, curieux, c’est Belleville Zoo !

Férues d’éphémère, des nuées de photographes fixent sur leurs cartes mémoires les couleurs d’un art sauvage à la bombe qui peut rester là des jours comme seulement quelques heures…


 

IMG_0830.JPG

Teurk, Jaya, Popay, Native...à la Kommune (rue Ramponneau)

 

Cet art, me confie Tina, participe à son bonheur de vivre là. Le son du spray qu’on secoue c’est son réveil matin, les tags et l’odeur de l’aérosol son petit-déjeuner, les messages qu’ils véhiculent, son inspiration ! Même si elle a vraiment cru qu’elle aurait les poumons multicolores à force de respirer ces vapeurs, les analyses médicales l’ont rassurée. Elle dit même qu’elle ne se sent pas bien quand le mur de graff ne change pas, pour elle c’est mauvais signe…

 

P1170188.JPG

 

L'Atlas, Popay, Teurk...(rue Ramponneau)

 

 

Tina continue donc d’animer la rue, de décorer les murs, d’aller à la messe tous les soirs, de changer de tenue 5 fois par jour, de chanter et de danser dans et devant la galerie « Frichez-nous la Paix » de la rue Denoyez…La destruction de son logement était prévue pour octobre 2009, mais l’avenir de ce dernier bastion populaire et coloré est incertain. Combien de jours, de mois ou d’années de sursis pour Tina avant d’être expulsée ? Quel avenir l’attend ?

 

Tina en vidéo par Antoine :

 

 

 

 REUSSITE, AMOUR ET PAIX. POUR ELLE !!!


Commentaires

Saguy et Christophe 08/02/2014 21:28

Quelle joie de te retrouver, c'est que du bonheur. Merci pour tout et que Dieu te bénisse. A très vite et gros bisous 2 nous 2

passantepensante 12/03/2012 00:11

super!! je la connais ,j'ai son CD,elle est même montée sur une poubelle pour me donner une photo de 2 petits enfants boxants. Merci encore. superbe reportage

Pyrausta 04/03/2012 18:41

un bel hommage c'est certain et le spot sur un cas qui ressemble à des centaines d'autres.La misere extreme.au XXI eme siecle,est ce normal d'accepter cela?

Brin d'Amour 29/05/2011 10:03


Un bel hommage à Tina !!!